archive de 2019, on se rapproche. Mon préféré de ces dernières années.

Reviens à rien comme une goutte de déchéance
L’amer du ciel n’aura de cesse que de rougir à l’envers
Si plus jamais nous ne redeviendront, le bas, avant-hier
Tu tapes, haute, ici et là, déchire et tu tapes et ça balance

Ce bruit rouillée qui tranche la cervelle, les yeux fermés
Crachez haut les pavés d’une nuit de décembre grillée
Ça sent bien des fois comme tes cheveux mouillés
Mais reviens à rien, graves et aigues, entrez, décalés

Comment ne pas oublier la caresse électrique
Le regard à coté, capturée dans le noir des yeux
Comment ne pas rougir si tu n’as de cesse à deux
Tu te tortilles ici et là, mais que tu es maléfique

Reviens à rien, le vide de ce que nous n’avons plus
La liberté des sourires déchirés, le bien que tu me fais
Se lécher, les sels, la mer qui reviens si tu te tais
Viens sur moi, mange ma peau, qui saurait ?

revameditee

Catégories : Poésies